23. févr., 2013

LUCIEN

 Lucien nous a quittés.

Lucien  était mon ami. Nous avons commencé nos études de Médecine ensemble en 1969. La proximité  alphabétique de nos noms  est devenue une proximité amicale. Nous avons choisi le même parcours avec en sus de la Médecine, une maitrise de biologie humaine puis un DERBH, Lucien en Biochimie, moi en Physiologie. Nous avons réussi le concours de l’Internat à Strasbourg et choisi la Neurologie.

Quelques images de cette intense période  restent gravées dans mes souvenirs. Pèle mêle. Lucien et Jeanine, de retour d’Amsterdam, en vélo bien sur, nous rendant visite durant les vacances d’été, puis repartant vers l’Alsace ! Une bombe de chantilly qui explose au cours d’un repas lors d’une visite à Haguenau! Un repas gargantuesque mitonné par la maman de Lucien ! Un séjour de ski mémorable, en 1977, à Flaine, avec le Mont Blanc en face !

Et nous sommes restés ensemble à la Clinique Neurologique de Strasbourg. Lucien fut nommé praticien, effectuant son travail de recherche dans une équipe d’amis unis réunis autour de Jean Marie Warter. Cette période exubérante se traduisit par de très nombreuses publications. J’eu l’occasion de cosigner  quelques uns de ces articles.

Puis Lucien est parti de son Alsace chérie pour devenir professeur de neurologie à Besançon. Les Journées de Neurologie, l’Académie de Neurologie et notre investissement associatif nous permettaient de nous revoir. Lucien a donc été un des premiers à partager mon investissement dans le domaine de la Neurologie et de l’Environnement. Sa question me trotte encore dans la tête : « Mais c’est quoi la neurologie de l’Environnement ? ».

En 2002, à TOURS, lors de la première réunion que les Journées de Neurologie de Langue Française ont consacrée à la  Neurologie  de l’Environnement  et à la  Neurotoxicologie Clinique, Lucien était un des 3 modérateurs  avec Edouard Baldauf et Guy Chauplannaz dans la séance présidée par Maurice Collard. Le Club de Neurologie de Environnement fut crée un an après. Naturellement Lucien accepta d’en devenir un des vice-présidents, avec Daniel  Béquet et Alain Buguet.

 En 2003, à l’occasion de la semaine du Cerveau, Lucien, en m’invitant  à Besançon pour donner une conférence relative à la Neurologie de l’Environnement, me força à réfléchir et donner corps à ce nouveau  concept. 2003 fut aussi pour les premiers membres du Conseil d’administration du Club l’occasion de se connaitre et de créer de réels liens d’amitié.

Lucien, nous ne t’oublierons pas.

 

 Jacques REIS