DERNIERS MESSAGES

25. août, 2015
 "On raconte que les indiens pochacots soignaient la migraine avec des graines de sachopawoyurts. La recette est fort simple: piler 18 graines de sachopawoyurts, à jeter dans 1/4 de litre de lait de capouatix, faites chauffer a feu doux
 pendant une demi-lune, rajouter 7 à 8 pincées de pichatowak, la fleur d'un tagaronca et une racine de sicdruit. Filtrez le tout, et recueillez la crème puis séchez là et agglomérez la poudre dans de la gelée
 achetée chez l'épicier du coin. Mettez la dans une boite en bois de cèdre et vendez à prix d'or en racontant cette histoire: 50% de vos patients clients iront mieux (et vos finances aussi)!
Faites plus simple jetez une pincée de n'importe quoi dans une citerne de 10 000 litres d'eau et demandez à 100 personnes quel gout ça lui donne? Réponse: aucun. Dites leur que c'est pour fabriqué spécialement pour leur maladie et spécifiquement pour chacun d’entre eux, et un certain nombre iront mieux tout de suite...
C'est ce qu'on nomme l'effet placebo". (Oum'Babinski)
25. août, 2015
"Il a raison bien sur ! Oum' était un ignorant qui vivait à une époque où on croyait que la dopa dopait et que galantamine désignait une qualité d'Amin, son contemporain du siècle des Chandelles (peu
 de Lumières mais plus écolo). Oum' habitait le royaume d'Absurdie aux confins de celui du père Ubu. 
Toutes mes amitiés respectueuses à Tisserand et je vais retourner à ma boule de cristal pour transmettre à l'esprit de Oum' ses pertinentes remarques."
25. août, 2015

"Oum Babinski a fait une grossiére erreur! ce n'est pas du lait de Capouatix  mais du lait de Poulaviticax,

autrement l'effet est nul ;l'infusion devra être plus longue!

                                              Tisserand  du Boisguy  (explorateur)"

21. juin, 2014

Cher Ami 
à ma connaissance Maria Joao Pires n’a pas eu un trou de mémoire mais s’est faite piégée par Chailly qui a changé de concerto de Mozart au dernier moment !
Cordialement

(programme du 21 juin 2014)

21. juin, 2014

(Réponse à Jean-Philippe Azulay)

Bien entendu, Jean-Philippe, dont l'esprit Mozartien reste à son acmé, à raison, mais Riccardo Chailly ne souhaitait nullement "piéger" Maria Joao Pires, il n'avait simplement aucun doute sur les capacités de la mémoire musicale de la pianiste qui avait déjà joué ce concerto à de multiples reprises et qui, une fois le moment d'angoisse initial passé, retrouve la partition dans sa tête, en particulier dans sa mémoire procédurale !

Amitiés